Les sens de la maison

Deuxième livraison de la revue « Sensibilités »

Commentaire sur le site « En attendant Naudeau » :

La revue Sensibilités défend un regard contraire, transversal, inversé. Dans sa deuxième livraison « Les sens de la maison », des historiens, des anthropologues, des sociologues, des philosophes, interrogent un lieu commun, un espace déjà traversé par de nombreuses études. Un lieu qu’on envisage toujours selon un angle qui semble exclure d’autres approches, qui ne les fait pas se rencontrer. Le numéro – qui s’organise entre deux sections : « Expérience » et « Recherche » (au singulier) – y porte « un regard déshabitué » qui obéit à une volonté d’étrangéification du connu, de ce que que l’on croit connaître. Chaque intervention procède ainsi d’un déplacement, d’une surprise.

C’est une affaire de croisements. « Ainsi, traquer les sens de la maison, c’est décrire tout ensemble l’écheveau de significations dans laquelle elle est prise, société par société, époque par époque, milieu par milieu, les sens giratoires, uniques ou interdits qui organisent chaque fois la circulation en son sein, enfin, la culture sensorielle sculptée par telle ou telle tradition domestique. » écrivent les rédacteurs. Dans ce numéro (très élégamment illustré) qui s’offre comme « une traversée de la vie matérielle », on pourra lire une passionnante étude de la maison du film Psychose d’Alfred Hitchcock, sur la manière dont s’y organise une géométrie filmique et plastique ; Camille Vidal-Naquet l’interprète comme l’espace d’une transformation radicale et d’une allégorie de la folie. On pourra lire également un texte sur la prison accompagné d’une bande-dessinée ou un reportage photographique de Jean Larive.

Et, sous forme de clôture ouverte, « Le dessous des mots » d’Alban Bensa (rédacteur d’EaN) qui rappelle comment on écrit de l’anthropologie, le trouble qui en procède, la complexité de ce que la méthode qu’il a adopté pour ses études de terrain en Nouvelle-Calédonie implique. « ça s’écrit autrement » dit-il très directement, car le contact avec son terrain, « le projet de connaissance avec des gens qui nous étaient étrangers imprègne notre quête de savoir ». On se passionne pour la façon dont le chercheur s’engage et sa volonté de remettre « la transformation de l’ethnographe par l’ethnographie » au cœur de « l’investigation scientifique ». Et lorsque Bensa écrit que : « Le travail d’écriture suppose une déstabilisation de soi-même, à l’origine sans doute de cette tension créatrice très particulière qu’engendre le paradoxe ethnographique : l’ethnologue, englué dans la fatigue d’être soi, finit, au terme de son terrain, par la lassitude de ne plus être soi. Puis vient, au retour, la rédaction, l’effort après l’effort. », il semble bien décrire le régime énergique, engagé, sous lequel on lit cette revue dense et belle. H.P.

Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, éditée par les jeunes éditions Anamosa, paraît en avril et en octobre (22€). Elle est disponible sur abonnement (contact@anamosa.fr) ou en librairie… et sur Facebook.

page Facebook de la revue Sensibilités

Et table des matières de ce numéro 2

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *