Accueil

Vous avez dit topo-biographie ?!

Pourquoi ouvrir un carnet ? Pour le plaisir d’y abriter ses broutilles de recherche, ses moments suspendus, ses idées fulgurantes à saisir sans attendre. Pour noter et biffer, réfléchir et tourner en rond, avancer en essayant de ne pas trop reculer. Et puis aussi pour engranger, amasser, faire de petits tas de tous signaux scientifiques et artistiques du moment qui, de près ou de loin, intéressent la mémoire des lieux ordinaires. Pour le plaisir, enfin, de partager ses plaisirs et ses jours.

La mémoire des lieux ordinaires… Comment la définir ? Qui dit mémoire dit trace, qui dit lieu dit espace – même si tout se complique très vite -, et qui dit ordinaire dit quotidien, commun, banal. Il s’agit donc d’observer les lieux de la vie quotidienne à travers les souvenirs conservés, et ce dans la longue durée (XVe-XXe siècle) : lieux familiers, des plus vastes aux plus minuscules, de la maison de famille à l’objet infime rappelant à lui seul un lieu éloigné ou disparu.

Et c’est intéressant ça ? (je sens venir à grand galop les chevaliers-paysans de l’an mil au Lac de Paladru). Faire le récit de sa vie en balisant celle-ci de lieux choisis a un sens : sous les pavés des lieux se cache la plage autobiographique, que je nommerai ici topo-biographie. Le mot n’existe pas, inventons-le et expérimentons-le au fil de la recherche : que dévoile-t-on de soi à travers les lieux que l’on choisit de raconter et de conserver noir sur blanc ou en couleurs ? Mon projet, au croisement de l’histoire des pratiques de l’écrit personnel et du phénomène mémoriel, sera également décliné en forme d’animation de la recherche collaborative articulée autour d’axes interdisciplinaires précis, tels la mémoire de l’enfance, le genre des lieux, ou encore l’expérience du déracinement.

Que va-t-on trouver dans ce carnet ? Des idées, des lectures, des sources, des outils. Rien n’est encore vraiment prêt, « mais tout vient à poinct à qui peult attendre » (Pantagruel, Livre 4, 48).

Pour aller plus loin…

Sylvie Mouysset, Université de Toulouse – Framespa (UMR-5136)

CC – S. Mouysset –  mémoire floue d’un lieu perché…