Enfermement et mémoire des lieux

Enfermement et “Mémoire des lieux”

 

Exposition “Libertés conditionnelles”

Estelle Lagarde, Lundi matin, série Lundi matin

Copyright Estelle Lagarde / Agence révélateur

« Libertés conditionnelles  » propose une réflexion sur les notions d’enfermement physique et psychique par d’étonnantes mises en scène photographiques, échos d’une certaine réalité sociale actuelle.

With this surprising photographic staging, « Release dates » offers a reflection on both physical and psychic confinement’s notions, echo of a current social reality.

L’univers visuel d’Estelle Lagarde est singulier à plus d’un titre. Les rencontres avec des lieux souvent désolés ou désertés agrègent une collection de fictions photographiques, qui, ajoutées les unes aux autres, composent les chapitres de la comédie humaine. Plusieurs questionnements émergent alors, esthétiquement et sociologiquement. La fiction sonde le réel.
C’est chacune à leur manière que les séries « Maison d’arrêt » et « Lundi matin » interrogent, non sans un humour grinçant, la notion d’enfermement. Emprisonnement physique du milieu carcéral, emprisonnement psychique du travail et de sa précarité.

A voir ici 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search