L’imaginaire est une réalité

M. PASTOUREAU, « L’imaginaire est une réalité », dans J. REVEL, J.-C. SCHMITT, Une autre histoire. Jacques Le Goff (1924-2014), Paris, Éditions EHESS, 2015, p. 55-59.

Michel Pastoureau rapportant une conversation avec Jacques Le Goff (en 1980) :
« Il me donna alors une grande leçon.
Peut-être opposes-tu trop fortement le matériel et le subjectif, c’est-à-dire la réalité concrète de la couleur et l’imaginaire de la couleur. Ce faisant, tu invites tes lecteurs à faire de même et, parmi eux, les ennemis des nouveautés en histoire ont beau jeu de rejeter la parie la plus novatrice de tes enquêtes et de tes réflexions. L’imaginaire n’est pas le contraire de la réalité ; c’est une réalité, cela existe, on ne peut pas le nier.
Il illustra son propos d’un exemple qui m’a forcément marqué et que j’ai souvent rapporté à mes étudiants et opposé à certains de mes détracteurs.
Pense à un sociologue ou à un ethnologue qui étudierait une société donnée et qui laisserait de côté tout ce qui concerne ses systèmes de valeurs, ses modes de sensibilité, ses émotions, ses aspirations, ses rêves, bref son imaginaire : les enquêtes d’un tel ethnologue ou d’un tel sociologue seraient totalement mutilées ; c’est une évidence. Eh bien ! il en est de même pour l’historien : l’imaginaire est une réalité à laquelle il doit faire face ; l’imaginaire fait toujours partie de la réalité.
Je n’ai jamais oublié cette grande leçon. Elle m’a aidé à comprendre beaucoup de choses concernant mon travail d’historien. Notamment à ne pas opposer ni à hiérarchiser les informations que procurent des documents différents, par exemple, l’étude d’un acte notarié et celle d’un texte poétique. Il n’y a pas la réalité d’un côté et l’imaginaire de l’autre. Dans un inventaire après décès, contrairement à ce que l’on croit généralement, tout ne relève pas des realia : l’idéologique et le symbolique sont aussi à l’œuvre. Par exemple dans le choix du mot qui, plutôt que tel autre, désigne tel meuble, tel vêtement, tel objet. Ou bien dans la structure de la liste établie par le notaire ou le priseur, dans l’ordre des items, dans ce qui est recensé et dans ce qui est laissé de côté. Le non-dit est aussi un document d’histoire. »

Merci Isabelle de m’avoir fait lire ce beau texte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search