Loin des Alpes…

Loin des Alpes.
Cosmopolitisme et écrits du for privé (Suisse, XVIe‐début XIXe siècles).

Danièle Tosato-Rigo, professeur d’histoire moderne à l’université de Lausanne. Conférence donnée à l’École nationale des Chartes, le 30 novembre 2015.

 

Au XVIIIe siècle, la découverte du sublime du paysage alpestre érige la Suisse en îlot idyllique dans l’opinion publique européenne. Une image vouée au succès. « La Suisse trait sa vache et vit paisiblement », écrivait Victor Hugo. Une représentation que l’historiographie helvétique a en partie contribué à entretenir.
Riches d’expériences nomades, les journaux personnels et autres écrits du for privé de Suisses démentent cette sédentarité et invitent à recomposer le tableau. Parmi d’autres, ceux des « missionnaires de l’éducation » que furent les gouvernantes et précepteurs, auxquels la conférence fera une large place, témoignent de liens tissés de Saint-Pétersbourg à Leyde. « Tout ce que je suis, c’est à un Suisse que je le dois », affirmera le tsar Alexandre Ier au Congrès de Vienne. Une invitation à repenser la mobilité et les échanges culturels hors cadres nationaux et sur fond de trajectoires individuelles.

 

Martin Obersteg der Jüngere (1761-1826) écrivant son journal personnel. Autoportrait de son journal, 1800


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *